Alexandra David-Néel à voix haute

par maisonadn dans Activités

Lectures d’Archives dans les jardins de Samten Dzong, la Maison d’Alexandra David-Néel, le vendredi 10 juin et le jeudi 30 juin à 18h (reporté en cas de pluie).

L’abondante correspondance écrite par Alexandra à son mari, Philippe Néel, a été son aide-mémoire pour l’écriture des livres sur ses voyages : « Conserve les lettres dans lesquelles je te donne des détails sur les pays que je parcours et les gens que j’y vois ». Mais Alexandra y exprime aussi ce qui lui tient à cœur, son enfance, ses parents. Commencée en 1904, cette correspondance s’achève en 1941 à la mort de Philippe, le meilleur des maris et mon seul ami. Lui n’aura écrit que quarante-deux lettres, importantes pour comprendre l’intimité de ces deux personnages.

10 juin 2016 : Alexandra et sa vie personnelle de fille puis d’épouse.

Les correspondances écrites à Philippe évoquent aussi son enfance, ses rapports difficiles avec sa mère pour être « la fille de l’homme qu’elle n’a pas aimé » ; mais aussi ses déceptions de jeune épouse, son rêve d’amitié forte et haute, mais aussi son affection sincère et de profonde reconnaissance envers Mouchy car, grâce à son dévouement « tout a été bien, très bien pour moi ».

30 juin 2016 : Marcher avec Alexandra

Durant ses voyages, Alexandra continue d’écrire des lettres à Philippe où elle raconte par le menu détail ses motivations, la condition physique indispensable à de si longues marches de ce haut pays des neiges, ses récits d’aventures incroyables croisées sur les chemins. Et tout au long de ces lettres on entend son chant d’amour au Tibet. « Marche comme ton cœur te mène et selon le regard de tes yeux ».

Information et renseignements au 04 92 31 32 38.

Sur le même sujet