Alexandra David-Neel , une jeunesse engagée

par Clément Daumas dans Non classé

 

Exposition du 07 juillet au 29 décembre 2017 à Samten dzong, la Maison d’Alexandra David-Neel à Digne-les-Bains

Très tôt, Alexandra David Néel a su dire non. Ses écrits évoquent de courtes échappées enfantines qui l’emmenèrent au-delà des murs de son jardin, traduisant une précoce volonté d’aller au-delà des limites imposées.

C’est la même quête de liberté qui sera toute sa vie le moteur de son cheminement intellectuel.

Jeune, elle s’engage dans un anarchisme non-violent sur les pas d’Elisée Reclus dont elle adoptera les concepts principaux : le féminisme qui s’incarne à la fois dans l’émancipation des femmes et la liberté des mœurs, l’expérience concrète du monde privilégiée à son étude. Si le choix du bouddhisme dès sa jeunesse s’inscrit dans le contexte anticlérical et franc-maçon de son temps, il est aussi présent dans son environnement familial.

Dès sa majorité et tout au long de sa vie, elle luttera pour être libre en assurant son indépendance financière par l’écriture ou le chant lyrique.

De même, son adhésion au précepte bouddhique selon lequel tout n’est qu’illusion lui permettra de combiner le double positionnement apparemment contradictoire mais central dans la construction de son identité et de son parcours : lutte et retrait du monde.

 

Une exposition organisée par la Ville de Digne-les-Bains en partenariat avec l’Association Alexandra David-Neel.

Sur le même sujet