Mandalas & cercles de protection du bouddhisme tibétain

MG 16548 : Mandala de Kâlachakra, Tibet, 18ème © MNAAG/ T.Ollivier.

Exposition du 25/06/2021 au 24/12/2021

Les schémas circulaires occupent une grande place dans le symbolisme universel et apparaissent dans les manifestations artistiques de nombreuses civilisations anciennes. Celle du Tibet a produit certains des exemples les plus beaux et les plus élaborés. Ceux-ci illustrent des descriptions très précises, contenues dans des ouvrages appartenant au bouddhisme ésotérique, ou bouddhisme tantrique.

Les mandalas sont des diagrammes de méditation, le plus souvent de forme circulaire, consacrés à diverses déités du panthéon bouddhique, représentées au centre. La déité figure, en effet, au cœur d’un un palais divin comportant des enceintes successives et des portes, placées aux point cardinaux.  Les mandalas servent de support à la méditation du pratiquant initié, qui franchit mentalement et de façon progressive les enceintes les plus extérieures et pénètre peu à peu jusqu’au centre pour s’unir à   la divinité qui l’occupe et qui symbolise les qualités que l ‘adepte s’efforce d’acquérir.

Les mandalas constituent un aspect majeur de l’iconographie tibétaine. Dotés d’un fort contenu symbolique, ce sont aussi des images très colorées, d’une grande beauté formelle, frappante pour tous ceux qui les contemplent.

Le Musée national des arts asiatiques-Guimet conserve une riche collection de mandalas tibétains peints sur toile, dont les exemples les plus nombreux datent des 18ème et 19ème siècles. L’exposition en présentera une sélection d’une douzaine d’exemples.

A ceux-ci s’ajouteront une série de charmes de protection, de forme également circulaire, dont la Maison Alexandra David-Neel possède une intéressante collection. Imprimés à l’encre sur papier, ils sont très populaires au Tibet et dans tout le monde himalayen, de par leur fonction puisque, selon la tradition, ils protègent ceux qui les possèdent.

Le Musée national des arts asiatiques – Guimet complète cette présentation par quelques planches, acquises par Emile Guimet, fondateur du musée, à la fin du 19ème siècle, et rarement prêtées jusqu’ici. Elles figurent, elles aussi, mandalas et charmes de protection et illustraient un ouvrage désormais célèbre, celui des Visions secrètes du Vè Dalai Lama (1617-1681).